Mai, Judith Lechartier en résidence pour Avis de Temps Fort

Aux murs, elle a accroché 25 de ses belles photographies , prises au hasard de précédentes éditions d’Avis de Temps Fort. Et l’espace intérieur de l’Ephémère(qu’elle a baptisé « Le petit salon d’habillage d’Avis de Temps fort ») est empli de cartons, de tubes, de boites de conserve, de bouteilles en plastique, de pots de peinture…

Quand la porte de l’Ephémère est ouverte, on peut voir Judith Lechartier travailler. Son fil conducteur ? Mettre en lumière, le côté ludique, enfantin, du festival. En s’inspirant notamment du petit bonhomme, symbole thématique de la manifestation depuis ses débuts. D’où ces visages peints sur les boites, ces bonshommes et ces gamins en carton.

Tout cela, pour ajouter de la couleur au festival, sera accroché au dessus de la Grande Rue, de la rue de la Marine et ailleurs. Et installé sur les ronds-points de l’Avancée et de la Côte Rouge, ainsi qu’à chaque lieu de spectacle

Avis de Temps Fort, « les arts de la rue rive gauche » c’est pour les 30 et 31 mai prochains à Gâvres, Locmiquélic, Port-Louis et Riantec.

Le programme :

https://avisdetempsfort.wixsite.com/2019

Chagrin d’amour: dévernissage samedi 11 mai

   Amies et amis de L’ÉPHÉMÈRE, dès dimanche prochain et après avoir rencontré un large public, l’œuvre de Yvanovich Jakinoff aura déserté notre atelier et comme cela nous attriste un peu, nous avons décidé, à quelques uns, de verser nos larmes dans un verre et de saluer l’artiste par une offrande de textes que l’on espère aussi décapants pour les oreilles que son exposition l’était pour nos yeux. 

   Cela se tiendra le samedi 11 mai à 18h30 et nous serions ravis que vous veniez partager notre chagrin.

Yvanovich Jackinoff, le désordre mis en scène

Yvanovich Jackinoff, ne se veut pas peintre (si ce n’est à la noix), sculpteur non plus, assez peu installateur ou photographe, pas du tout poète, fut-il zoroastrien, et moins encore aquarelliste, coiffeur seulement à vos dépens, assurément passionné de Dada Duchamp et autres surréalistes, ce qui ne peut qu’aggraver son cas, mais au vu de son travail accordons-lui cela : né provisoire il a très bien perdu son temps. Cela est un choix que chacun devrait suivre Et donc venez  bien perdre le vôtre en venant voir son travail d’exploration à L’éphémère, c’est ouvert tous les jours entre 17 et 19h et vous ne le regretterez pas.
(Cliquez sur une image pour l’agrandir)

Jeudi 18, 33 minutes de chorégraphie à l’Ephémère

jacqui, matra 008

Maria Maï Matrat (M par 3 fois) est en résidence à l’éphémère depuis hier et nous prépare pour ce jeudi 18 une chorégraphie de 33 minutes, montre en main, performance de danse butô au titre magique :
TROIS ROSES BLANCHES, OU LA FISSURE SUR LE CÔTÉ DE GRÂCE KELLY.
CELA COMMENCE À 18H30 PRÉCISES. L’entrée est libre dans la mesure des places disponibles.

A voir, vendredi 12, salle audiovisuelle de Riantec: LE DISCIPLE

   Chers amies et amis, c’est un petit événement que la programmation vendredi 12 Avrilà 20H30 dans la salle audiovisuelle de Riantec (tout près de l’école Paul-Emile Victor) du film de Kirill Sebrennikov : LE DISCIPLE.
   Neuvième des dix films réalisés par ce réalisateur, cette œuvre  fut considérée à sa sortie en 2016 comme un brûlot, une provocation par les autorités orthodoxes et politiques russes. Son sujet : la confrontation d’une jeune professeure de biologie avec l’un de ses élèves qui, s’appuyant sur les saintes écritures, combat les cours d’éducation sexuelle et la théorie de l’évolution, au point de rendre impossible la tenue des cours. C’est aussi, à l’évidence, une allégorie politique sur toute forme d’intégrisme, traitée avec un souci burlesque, et servie par une brillante distribution ( Sebrennikov est également directeur du théâtre Gogol de Moscou)  mais on n’en dira pas plus ici. Présenté à Cannes dans la sélection Un Certain Regard, il reçoit le Prix François Chalais.
   À VENDREDI,MERCI, JOËL
Et, dimanche 14, l’Autre Cinéma: LA MÉLODIE DES CHOSES (12′), NOUS NE SOMMES PAS
DES MOUTONS (12′), LÀ OÙ L’OMBRE MÛRIT (22′)
L’Autre Cinéma DIMANCHE 14 AVRIL à 17 HEURES
salle audiovisuelle de Riantec
LA MÉLODIE DES CHOSES (12′), NOUS NE SOMMES PAS
DES MOUTONS (12′), LÀ OÙ L’OMBRE MÛRIT (22′)
de SARA MILLOT, FRED PERIÉ, FRANCK GOURDIEN
Poétiques du cinéma actuel : chacun depuis son paysage, ces
flms récents tissent trois mondes qui résonnent entre eux
essentiellement par la présence de la poésie.
LA MÉLODIE DES CHOSES
SARA MILLOT – Vidéo, 12′, couleurs – 2012
Oz da Traum production
à partir du texte de Rainer Maria Rilke
Nous sommes au tout début, vois-tu.
Comme avant toute chose. Avec mille et un rêves derrière nous et sans acte.
NOUS NE SOMMES PAS DES MOUTONS
FRED PERIÉ – Vidéo, 12′, couleurs – 2019
À la tombée du jour, une assemblée de moutons se préparent à la nuit. Par
une poésie sans métaphore, le flm nous emmène avec eux vers une semiconscience
qui nous laisse songer à ce qu’est leur vie.
LÀ OÙ L’OMBRE MÛRIT (L’INACHEVABLE)
FRANCK GOURDIEN – Vidéo, 22′, couleurs et N & B – 2019
Le poème appellerait le cadre du tableau et le vent dans les arbres ? — Non
à son secours, mais une aide, de l’autre côté, à sa portée afn de rechercher
les pistes de ce secret encore – celui par l’ombre révélé, là où la lumière se
pense…

Les rendez-vous d’Avril à l’FMR

En Avril notre FMR se découvre de plus d’un fil, jugez-en :
 
. Les récréations de Yvanovitch Jakinov : Une exposition d’une singularité absolue, du samedi 13 Avril au samedi 11 Mai : 
 
. Une danse-résidence de Henry Matrat du 15 au 18 Avril, s’intégrant au cœur de l’exposition, avec un impromptu le jeudi 18 à 18h30.
 
. Un film-brûlot de Kirill Sebrennikov : Le disciple. notre ciné-fil le vendredi 12 Avril à 20h30 dans la salle audio-visuelle de Riantec;
 
. Trois courts métrages poétiques sur la mélodie des choses et des images, un autre-cinéma le dimanche 14 Avril à 17h, dans la salle audiovisuelle de Riantec.

Jeudi 4, à l’Ephémère, Guylène Haslé et David Le Port

Nous voici au troisième jeudi des Artistes Femmes
Pour l’instant, une vraie réussite puisque l’Ephémère a vécu de belles  audiences.
Les rencontres après spectacle ont permis des échanges de qualité entre les artistes et  les personnes qui s’étaient déplacées
Nous accueillons donc jeudi 04 avril 2019 Guylène Haslé accompagnée à la guitare par David Le Port.

Guylène HASLE, fondatrice de « Toutouic« , est une artiste spécialisée dans les spectacles pour tout-petits. Elle écrit elle-même ses textes en attachant une grande importance au chant et à la découverte sonore (percussions, cordes…). Elle est aussi très influencée par la musique africaine et joue de nombreux instruments comme la kora, le n’goni ou la sanza.

Ses expériences l’ont amenée progressivement à se produire devant des adultes qui, charmés par sa voix jazzy au large registre, lui ont suggéré d’engager en parallèle une carrière de chanteuse. Le modèle de concerts en Bretagne, qu’elle a créé, s’appuie sur un duo de deux artistes qui prennent du plaisir à combiner leurs influences (musique bretonne et africaine).

Séduit par son univers poétique et musical original, le guitariste arrangeur David Le Port s’est emparé des compositions de Guylène qu’il enrichit à la guitare acoustique ou électrique avec ses riffs, rythmes et impros.

Jean.